claas entete JAL

JAL 2006

Jeunes Architectes Ligériens 2006

Ils incarnent cette part toujours présente dans l’architecture de bricoleurs de talent, d’assembleurs attentifs de composants hétéroclites, de détourneurs avisés de destination, de questionneurs incessants des pratiques à l’origine de bâtis spontanés, d’observateurs minutieux de la raison des gestes immuables des artisans. Il y a en eux un peu du Jean Nouvel des débuts, assommant à grands d’architectures vernaculaires les membres d’un syndicat de l’architecture naissant qui, tout post-soixante-huitard qu’ils étaient, avaient été formés à l’école du monolithe moderne. Or dans cette société actuelle, sauf circonstances particulières et vedettariat personnel confirmé, une tel expérimentation ne se conçoit qu’a la marge d’une commande privée circonscrite à la maison individuelle. Ce qui signifie budgets étroits, discussions longues, retours multiples sur le dessin, autant de circonstances contraires à la vision comptable actuelle d’une activité professionnelle. Alors, entre une certaine quête d’authenticité, des pratiques qui s’apparentent à une forme de militantisme et de désir de se confronter à des programmes plus importants déterminés par des cadres programmatiques institutionnels, les élans divergent, les chemins s’éloignent. C’est à travers leur parcours commun, un moment de la pédagogie de l’école d’architecture de Nantes incarné par Hervé Bagot qui se questionne en se confrontant à la vie professionnelle, un temps de l’action en faveur de la diffusion de l’architecture contemporaine à Nantes via Oxymore qui se dissout, et des pratiques qui se positionnent sur des préoccupations pressantes de développement durable.

Dominique Amouroux